10 mai 2008

Comment j'ai fini par rencontrer l'antivol de ma vie.

   Hier, alors que je ne croyais plus en l'amour, j'ai succombé à une balade en vélo qui m'a guidé vers le château de Cheverny. Et la, bis repetita ma camarade de vélo et moi avons eu un petit problème d' antivol. Non, non, on ne nous l'a pas volé, même si a dire vrai on ne l'aurait pas volé. On s'est juste contenté de l'oublier. Mais pour savourer pleinement cette anecdote revenons deux ans plutôt   à une autre balade en vélo vers un autre château.
Destination Chambord!!
    Il faisait beau, il faisait chaud. J'avais donc pris mon célèbre bob orange. Et comme j'étais d'humeur colorée j'avais mis un tee shirt orange tout aussi pétant. J'avais vraiment la classe pour visiter le château royal de Chambord. Nous partîmes donc de bon matin en empruntant les routes banalisés "Château de la Loire à vélo". Le genre de parcours qui tournicotent dans tous les sens.
    Enfin, on finit par arriver a Chambord. On fait le tour du parc, on pique nique et on se décide à visiter le château. Et Boum patatra...Nous avons bien pris un antivol. On pense à tout nous! Sauf à la clef. Ca serait bête d'attacher nos vélos et de ne plus pouvoir repartir avec. Mais qu'allons  nous donc en faire ! Personne ne veut les prendre en consigne. ahahahaah. E c'est à ce moment là, alors que nous étions au plus profond du chagrin, que nous avions perdu tout espoir, qu' une idée de génies vint à nous. Aussitôt nous prenons nos vélos, les installons dans le truc pour vélos. On attrape l'antivol -qui étrangement est ouvert - on le glisse dans les roues des vélos et le truc pour accrocher les vélos, on  pose l'antivol par terre sans le fermer. Et ensuite on met des feuilles et un peu de terre sur l'antivol pour cacher qu'il est ouvert. Tout l'art réside alors  à rendre tout ça bien naturel.
    Bref, ceci était l'aventure à Chambord.

    Celle qui se déroule dans l'enceinte du château de Cheverny est un peu moins  piquante mais aboutit pourtant à un dénouement très heureux. Car ce coup ci on a tout oublié: antivol et clef. On est quand même pas venu à Cheverny pour rien. Mais on va pas laisser nos vélos tout neufs dehors sans protection!! Solution: trouver un supermarché à Cheverny. Comme ça, ça peut paraitre impossible. Et ça l'est. C'est finalement à Cour cheverny qu'on a trouvé une petite supérette qui, miracle, vendait des antivols!

    Il est vert , tout simple, avec deux clefs. Lui et moi, c'est une profonde histoire d'amour. Je ne l'oublierai  jamais.

Posté par didiclub à 16:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Comment j'ai fini par rencontrer l'antivol de ma vie.

    On finit toujours par trouver une solution! En attendant c'est ce qui fait qu'on se marre toujours! Au fait tu n'as pas raconté notre petite escapade Paris! Mémorable je dirai!

    Posté par ...Nous!, 12 octobre 2008 à 15:34 | | Répondre
Nouveau commentaire